Publicité / Vos Liens Sponsorisés
Gestion - Créer votre Blog - Prochain Blog

Le report de l'age de la retraite continuera a faire baisser les pensions

mercredi 28 avril 2010 à 03h02:27 GMT 1.00

Source Soren Seelow dans LE MONDE (23/03/2010)

De Jacques GENEREUX économiste

Extraits :

Déçu par "la dérive du PS et de ses homologues européens vers les politiques et les valeurs néolibérales", Jacques Généreux quitte en 2008 le PS pour participer à la fondation du Parti de gauche avec Jean-Luc Mélenchon. Professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, il est l'un des rares économistes à défendre la retraite à 60 ans. Selon lui, l'allongement de la durée de cotisation vise à terme à développer les régimes de retraites privés.

.......

Il y a trois paramètres sur lesquels on peut agir : le niveau des ressources (c'est-à-dire les cotisations), le niveau des pensions, et enfin la durée effective de cotisation. Si vous partez du postulat – qui est celui de toutes les réformes engagées en Europe depuis une dizaine d'années – qu'il n'est pas possible de toucher aux ressources, alors en effet, avec l'allongement de la durée de la vie, vous ne pouvez à terme que baisser les pensions et/ou allonger la durée de cotisation. Mais ce postulat est faux. On peut augmenter les ressources. Il n'y a d'ailleurs rien d'anormal à ce que la population âgée occupant une part croissante dans la population capte également une part croissante du revenu distribué.

Article complet

 


mercredi 28 avril 2010Modifié le

0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Mélenchon : retraites, campagne d'affollement (blog)

mercredi 28 avril 2010 à 02h40:35 GMT 1.00

Source blog de Jean-Lauc MELENCHON (14 avril 2010)

Extraits :

Ils sont de retour ! La meute de 2005, l’année du référendum sur la constitution européenne s’est reformée à propos des retraites. D’un côté tous les biens pensants avec leurs arguments en béton armé en faveur de la « seule politique possible », la stupéfaction à peine feinte en face de qui tient tête, et la raillerie au bord des lèvres pour qui n’est pas d’accord.  Le système médiatique, évidemment, s’est aussitôt mis en boucle pour mouliner du sensationnel, au mépris de la vérité, dans un bel exercice de bourrage de crane qui avait déjà fait la gloire de la séquence référendaire. Premier prix de mauvaise foi au journal « Le monde.fr » qui présente une addition de 2600 milliards d’ici 2050 pour le « besoin de financement » supplémentaire pour le système de retraite.

....

Enfin notons sans relâche l’absurdité du raisonnement sur les économies à faire : ceux qui ne seront pas retraités seront obligatoirement à l’assurance chômage, en préretraite et à tous coups à la maladie. Et rien de tout ça n’est gratuit. Qui paiera ? Retour à la case départ, messieurs les intelligents ! Pour finir méditons sur le monde que nous prévoient pour dans 40 ans les bons esprits de notre temps. Il y règnera un chômage de 7 % de la population active, les femmes n'auront pas amélioré leur situation, les gens de 65 ans seront dans la rue en attendant de liquider des pensions de misère! Je crois que ça vaut la peine d'essayer la révolution citoyenne que je propose plutôt que de vivre sans  broncher pour préparer ce futur à nos enfants !

Article complet

 

 



0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Partage de la valeur ajoutée : le hold-up tranquille

mercredi 28 avril 2010 à 02h30:34 GMT 1.00

Source site fakirpresse.info (23 avril 2010)

Extraits :

Avant la lutte sur les retraites, Fakir se décarcasse : nous apportons notre pierre dans la bataille des idées. Avec toute une gamme d'outils : supplément papier, mini-pièce de théâtre, fichier PDF, affiche en BD, émission de radio… Autant de formes différentes, mais pour servir la même idée : éclairer un point du débat économique, et pourtant central, le partage de la valeur ajoutée. Depuis 1983, l’INSEE évalue à 9,3 % du PIB les richesses qui ont glissé de la poche des salariés à celle des actionnaires. C'est cela, le "hold-up tranquille" contre lequel Fakir entre en guerre.

.......

Partage de la valeur ajoutée : le hold-up tranquille

« La part des profits est inhabituellement élevée à présent (et la part des salaires inhabituellement basse). En fait, l'amplitude de cette évolution et l'éventail des pays concernés n'a pas de précédent dans les 45 dernières années. »
D’où sont tirées ces lignes ?
On croirait une communication de la CGT ?
Ou un discours d’Olivier Besancenot ?
Au contraire : ce passage est extrait d’un article de la Bank for International Settlements. La Banque des Règlements Internationaux. Une institution qui réunit chaque mois, à Bâle, en Suisse, les banquiers centraux pour « coordonner les politiques monétaires » et « édicter des règles prudentielles ». Dans leur Working Papers N°231, daté de juillet 2007 et titré Global upward trend in the profit share (« Hausse tendancielle mondiale de la part des profits »), eux insistent pourtant sur les « hauts niveaux de la part du profit inhabituellement répandus aujourd'hui », sur cette « marge d'une importance sans précédent », sur cette « preuve à la fois graphique et économétrique d'un fait particulier concernant le partage des revenus dans les pays industrialisés : une poussée à la hausse de la part des profits au milieu des années 80, ou son pendant: une poussée à la baisse de la part des salaires » et ainsi de suite sur vingt-trois pages.
Ce sont donc les financiers eux-mêmes qui dressent ce constat, avec étonnement : jamais les bénéfices n’ont été aussi hauts, jamais les salaires n’ont été aussi bas, un déséquilibre inédit depuis au moins un demi-siècle, et vrai pour l’ensemble des pays industrialisés.

....

Ces 9,3 % devraient, par le gigantisme des sommes en jeu, des centaines de milliards d’euros, ces 9,3 % devraient s’installer au cœur du débat.
Quand Nicolas Sarkozy intervient, à la télévision, et déclare « si nous voulons sauver notre système de retraite, nous ne pouvons plus différer les décisions. Tous les chiffres sont sur la table », un chœur devrait s’élever dans le pays citant un chiffre qui n’est pas « sur la table » : 9,3 %. Quand le même revient à la télé, et déclare « Il faut plus d’argent contre Alzheimer, plus d’argent contre le cancer, plus d’argent pour les soins palliatifs, mais où est-ce qu’on les trouve ? où est-ce qu’on les trouve ? », on pourrait lui apporter la solution : qu’il retrouve ces 9,3 % dans les portefeuilles de ses amis du Fouquet’s.
Toute la contestation des « nécessaires réformes en cours » pourrait, inlassablement, s’appuyer sur ces 9,3 %. Or, c’est à l’inverse qu’on assiste : cette donnée majeure est quasiment effacée de la sphère publique, éclipsée dans les médias, à peine mentionnée par les politiques. Un point central de l’économie en devient le point aveugle.
C’est pourquoi Fakir vient apporter ses lumières…

 

Voir article complet et aussi possibilité d'avoir le document en PDF

 



0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Mélenchon : retraites, campagne d'affollement (vidéo)

mercredi 28 avril 2010 à 02h20:20 GMT 1.00

Source Dailymotion :

Invité de la matinale d'i>télé le mercredi 14 avril 2010, Jean-Luc Mélenchon (Président du Parti de Gauche et porte parole du Front de Gauche) a eu l'occasion de donner son point de vue sur le débat autour des retraites, avec les chiffres à l'appui du COR pour faire sa démonstration.
Egalement évoqués : la nomination d'Alexandre Bompard à la présidence de France Télévisions, la proposition de Mélenchon d'un vote des citoyens payant la redevance sur une liste d'aptitudes réalisée par des professionnels pour élire le président de France Télévisions, la non-candidature de Jean-Marie Le Pen, la candidature éventuelle de Jean-Luc Mélenchon.

Ca change des débats axquels on nous avait habitués : il a des arguments, des précisions, de la clarté.

Un débat "SARKO" "MELENCHON"  ? pourquoi pas au 2ieme tour de 2012 ?

Popudema

Voir la vidéo

 


mercredi 28 avril 2010Modifié le

0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR

Mélenchon : retraites, campagne d'affollement (communiqué)

mercredi 28 avril 2010 à 02h17:43 GMT 1.00

Communiqué de Jean-Luc MELENCHON sur le rapport du COR :

Je tiens à dénoncer vigoureusement la campagne d'affolement injustifié à laquelle donne lieu la diffusion du rapport du COR. Cette panique est injustifiée sur la base même des projections du COR et alors même que celles-ci sont très discutables démographiquement et économiquement comme je l'ai déjà dénoncé.

Le besoin de financement en 2050 avancé par le COR correspond à un prélèvement entre 1,7 à 3 % du PIB à cette date, c'est à dire entre 72 et 114 milliards sur un PIB qui se situerait autour de 3800 milliards. Cette proportion est dérisoire face à l'enjeu humain et social des retraites. Ces proportions permettent de comprendre que la seule question posée est de savoir comment sera partagée la richesse produite.

Ainsi le lever de rideau du débat sur les retraites commence par une grossière campagne d'affolement contre laquelle il est urgent de résister. Il est déplorable de voir que se reforme à cette occasion l'esprit de meute aveuglée sur le modèle propagandiste et unilatéral qui avait prévalu lors de la campagne du référendum de 2005. La discussion sur les retraites est du même niveau d'importance que ce débat. Le respect de la citoyenneté des Français exige qu'on cesse de les manipuler.

 

 


mercredi 28 avril 2010Modifié le

0 Commentaire [Lire] [Écrire]

HR
« Articles
ultérieurs
1 2 3 [4] 5 613 14 15 Articles
antérieurs
»

 Gestion du Blog Conçu par : DynamiqueGestion